Une révolution numérique au service d’une alimentation locale et transparente

Via Terroirs
Via Terroirs

La révolution numérique est partout. Elle change nos rapports avec les autres, facilite la communication, simplifie les échanges, réduit les distances… Elle déferle sur tous les secteurs d’activités jusqu’à impliquer les acteurs du monde agricole et alimentaire : producteurs, consommateurs, distributeurs et même restaurateurs. Plusieurs ouvrages récents sont consacrés à la question, comme Le livre blanc du Think Tank Renaissance Numérique (Les Défis de l’agriculture connectée dans une société numérique) ou le livre du producteur Hervé Pillaud Agronumericus. La révolution numérique nous amène à repenser la production, la distribution et la consommation alimentaire. Et si elle était d’abord au service d’une alimentation plus locale et de plus de transparence dans les assiettes ?

Internet a d’abord été un moyen de réduire l’immensité du monde. Grâce au réseau, on communique avec n’importe qui, où qu’il soit sur la planète. Mais aujourd’hui, c’est beaucoup plus que ça. C’est un espace qui facilite les relations de proximité, les échanges locaux, les liens humains. Internet permet d’entrer facilement en contact avec ses voisins (le bon coin ou sharevoisins), de trouver un covoiturage (Blablacar) ou un logement chez l’habitant (Airbnb). On parle d’outils collaboratifs, signe que tout le monde y est gagnant. S’adaptant à tous les domaines, la révolution numérique est aussi au service de nouvelles relations entre producteurs agricoles et particuliers (La Ruche Qui Dit Oui, marchand des 4 saisons) et un nouveau marché en ligne entre producteurs et restaurateurs (Cultures Chefs). Les consommateurs peuvent renouer contact avec les producteurs locaux et déguster les produits de leur région.

Le numérique rend service aux producteurs dans leurs activités de distribution et de mise en marché. Ils peuvent reprendre en main leur circuit de distribution, trouver plus facilement les consommateurs qui veulent savoir comment et par qui leur alimentation est produite.

La révolution numérique est déjà dans les champs, dans les prés avec des appareils connectés qui aident les agriculteurs. On parle beaucoup d’agriculture de précision, de productivité au niveau des rendements. On parle de réduire les impacts sur l’environnement… Mais le numérique aide aussi les producteurs dans leur distribution et leur mise en marché. Ils peuvent mettre leurs productions en ligne, comme un stand sur le marché. Éventuellement, ils actualisent leur boutique selon la saison, leur récolte ou la disponibilité des produits. Ensuite, tout est géré par la plateforme, de la prise de commande au paiement. Fini la relation administrative entre le producteur et son client. La relation est recentrée sur les rapports humains qu’ils entretiennent et sur la qualité des produits.

Les producteurs peuvent reprendre en main leur circuit de distribution, trouver plus facilement les consommateurs qui veulent savoir comment et par qui leurs aliments sont produits. Lorsque le producteur vend directement à un consommateur, il s’engage dans une relation de confiance et de transparence : tout le monde y gagne. Grâce à internet, les initiatives en circuit court se multiplient pour aider les producteurs qui travaillent avec ce souci de transparence à trouver plus facilement leurs clients.
Comme il est le dernier maillon de la chaîne, le consommateur joue un rôle primordial. Les nouveaux outils numériques lui permettent de redécouvrir la proximité et de reprendre le pouvoir sur ce qu’il mange. Les professionnels aussi, notamment les chefs de restaurants, veulent répondre à ces attentes. Si des solutions nouvelles facilitent un approvisionnement plus local et plus direct avec les producteurs, ils pourront apporter aux clients la transparence qu’ils recherchent.

Avec la révolution numérique, la distribution locale et directe est simplifiée : producteurs et consommateurs se retrouvent plus facilement. Pour les producteurs, c’est une solution pour reprendre en main la distribution. Pour le consommateur lassé par l’opacité de chaîne agroalimentaire, c’est une façon de renouer avec la transparence. Comme il est le dernier maillon de la chaîne, son rôle est essentiel. Alors oui, la révolution numérique est au service d’une alimentation plus locale et plus transparente dans les assiettes. Les consommateurs retrouvent la confiance en mangeant des produits de qualité, cultivés dans le respect de la nature et de l’humain.